Association Internationale de la NDI (Non-Directivité Intervenante)
A propos de NDI2005
Mon Trimurti, fin août 2005 (par François Marseille)

Un lieu unique, extraordinaire, ordinaire, génial, imparfait, qui peut même être décevant par moment.
Et oui, c’est un lieu VIVANT, où chaque jour nous rebâtissons notre vie avec les acquis de la veille et aussi … les manques. Chaque jour est un jour nouveau, c’est même prévu dans l’organisation ! Rien d’important n’est figé, l’imprévu a sa place. C’est la vie … en vacance des obligations quotidiennes.

Les désirs sont fortement invités à s’exprimer. Chaque jour ils peuvent se penser, se dire et s’afficher. Signés ou anonymes, petits ou grands, utopiques, inavouables … et dans la journée, certains se réalisent, pas tous. Certains désirs sont oubliés, valorisés et même parfois détournés, c’est vivant, rien n’est exactement comme le rêve d’où il a pu surgir. Des activités se créent dans le moment avec ou sans succès. Quelquefois le prévu ne se produit pas !

C’est prendre ma vie par le bon bout que de pouvoir identifier mes envies, qui se transforment en désirs, de trier au milieu de tous ces possibles. De rejoindre les désirs des autres et aussi de côtoyer mes peurs, d’oser certains désirs.

J’avais un grand désir en arrivant, c’était d’être au plus prêt de moi et d’accueillir l’imprévu. J’avais, comme tout un chacun, le désir d’être reconnu, accueilli, désirable, aimable dans mes rencontres avec les femmes et les hommes …. Quel plaisir de rencontrer des hommes dans leur fragilité, dans leur sensibilité à fleur de peau, où je m’y retrouve.
J’ai l’impression que ce fut assez réussi. J’ai été reconnu, aimé, craint peut être ! J’ai connu quelques ratages qui m’ont bien appris sur moi-même. Le parfum de non directivité, entêtant ou subtil, quelquefois détourné, me permettait de donner à l’autre une place, même à celui ou celle qui m’est étranger dans sa manière d’être. J’ai pu me rapprocher, doucement de tel ou tel et de dépasser mes propres peurs pour le voir dans ses propres valeurs.

Ce fut pour moi un moment de vraie vacance : pouvoir vivre sans projet précis - être le plus vrai possible dans mes rencontres et les émotions qu’elles suscitent - créer et jouer avec tous mes sens. La rencontre de Trimurti me l’a permis, le seul obstacle sérieux que j’ai pu rencontrer, ce fut moi !

J’ai renoué avec la Non Directivité et les valeurs fortes qu’elle véhicule. Ce fut comme une piqûre de rappel : laisser agir les personnes (proches ou rencontrées dans l’animation d’un groupe) dans ce qu’elles sont et non pas ce que je voudrais qu’elles soient !

Il y eut beaucoup de rires, des pleurs et même pour certains des cris. En étant attentif, je m’aperçevais que nous n’étions pas en dehors de la vie, faite de hauts et de bas. Nous pouvions partager, se faire aider, jouer avec légèreté et parfois avec sérieux. J’ai aimé profondément ces moments que nous nous sommes offerts.

Merci de tout mon cœur à tous ceux, presque tous, avec qui j’ai pu vivre ces moments agréables, forts, touchants et même quelquefois un peu difficiles. Ces moments qui donnent à la vie … toute sa saveur !

François Marseille